Pages Menu
Categories Menu

Posted by on jun 5, 2013 in En Vedette | 0 comments

L’Histoire de la Ferme

L’Histoire de la Ferme

La Ferme São Clemente, située à Boa Sorte, 5e district de la municipalité de Cantagalo, à l’État de Rio de Janeiro, a été créée au XIXe. Siècle, pendant le cycle du café, et elle traverse presque deux siècles en témoignant de l’importance de la demeure fréquentée par Francisco Clemente Pinto, Commandeur de l’Ordre Impérial de Notre Seigneur Jésus Christ, Officier de l’Ordre Impérial de la Rose et Conseiller de la Maison de Bienfaisance de Cantagalo. Francisco Clemente Pinto, producteur de café, a été le propriétaire de huit fermes: São Clemente, Itaocara, Bela Vista, Valão do Barro, Pedra Lisa, Serraria, Ibipeba et Ipituna. Il ne s’est pas marié. Il est né en 1803 et est décédé en 1872. Il est enterré au Cimetière São João Batista (Saint Jean-Baptiste), à la municipalité de Nova Friburgo, à l’État de Rio de Janeiro.

Après le décès du Commandeur, la Ferme São Clemente a été héritée par son neveu homonyme, le 27/8/1873, suite à une sentence, à titre de légataire universel. L’héritier Francisco Clemente Pinto, ingénieur diplômé en Belgique, “parent des comtes de Nova Friburgo et São Clemente, homme très connu pour ses idées progressistes et sa politesse”, s’est beaucoup intéressé au développement de la production des grandes propriétés de café. Francisco Clemente Pinto s’est marié avec Eulália de Barcelos, surnommée Eulália Clemente Pinto, avec qui il a eu neuf enfants. Francisco Clemente Pinto est né en 1848 et est décédé en 1921.

La Ferme São Clemente est devenue l’une des plus importantes propriétés de caféiers de la municipalité de Cantagalo, accompagnant pas à pas le mouvement d’expansion, l’apogée et la décadence de la culture du café dans le Vale do Paraíba fluminense (dans la Vallée du fleuve Paraíba à l’État de Rio de Janeiro). Des personnages illustres tels que l’Empereur D. Pedro II, M. Joaquim Monteiro Caminhoá et le baron Johann Jakob von Tschudi y ont séjourné.

La chute dans la production des plantations de caféiers causée par l’apparition de plaies et de maladies sur les cultures, l’épuisement du sol, l’abolition de l’esclavage en 1888, la Proclamation de la République en 1889 et la crise de “Encilhamento” (une très forte hausse de l’inflation) à partir de 1890, une période de grande agitation financière, ont été des facteurs déterminants pour la fermeture de plusieurs fermes qui ont eu leurs caféiers abandonnés. Des fortunes se sont perdues. En 1891, la propagation d’une épidémie de fièvre jaune à Cantagalo a décimé une partie de la population.

Au début du XXe. Siècle, les barons du café ou leurs descendants ont commencé à perdre leurs fermes et les richesses qu’ils avaient amassées durant le cycle du café.

L’ingénieur Francisco Clemente Pinto a grevé un bien d’une hypothèque en 1907, mais comme il n’a pas réussi à payer la créance qui lui avait été accordée, Francisco Clemente Pinto perd la ferme pour la Banque Belge de Prêts Fonciers qui a son siège à Anvers et une succursale à Rio de Janeiro. La ferme est alors rachetée par M. José Affonso Fontainha Sobrinho.

Le 06/7/1920, la Ferme São Clemente est passée au clan des Monnerat car il y a eu un échange de la Ferme Paraíso, appartenant au “colonel” João Henrique Monnerat, contre la Ferme São Clemente, appartenant au “colonel” José Affonso Fontainha Sobrinho.

Le 04/4/1990, Carlos Lincoln Monnerat et sa femme Maria José Cardoso Monnerat ont transmis à leur fils Marcello Cardoso Monnerat, à travers un acte public, leur part reçue en héritage.

En novembre 2001, Marcello Cardoso Monnerat, arrière-petit-fils du “colonel” João Henrique Monnerat, a acquis toutes les parts qui étaient en copropriété avec les autres héritiers. En mars 2002 il en a pris possession. Plus tard, y ont été incorporées des glèbes originaires du Complexe Caféier de la Ferme São Clemente. Ainsi, le siège historique de la Ferme São Clemente est arrivé à son actuel et unique propriétaire et, maintenant, à vous.

Cultiver et étudier le développement de quelques espèces de plantes de la famille des Arécacées (connues précédemment comme Palmacées) ainsi que la composition paysagée ont été les objectifs qui ont mené Marcello Cardoso Monnerat à développer un projet à Cantagalo, destiné à cultiver et à rechercher des espèces de palmiers. En mars 1991, Marcello Cardoso Monnerat a entamé la culture du Verger-Parc São Uriel, situé à proximité du siège historique de la Ferme São Clemente. Toutefois, le destin capricieux a été seigneur et maître et, en mars 2002, Marcello Cardoso Monnerat s’est vu à l’avant de la restauration du siège historique de la Ferme São Clemente qui était, à l’époque, une propriété mal entretenue qui réclamait des actions immédiates. Ainsi, il a dû interrompre la formation d’une banque de germoplasme de palmiers. Avant le démarrage des travaux de restauration, deux tonnes d’ordures et de déchets ont été retirées des bâtiments de la Ferme São Clemente.